Le kakigori : la glace pilée qui fait fureur au Japon

Hello les foodistas !

Connaissez-vous le kakigori, le dessert glacé qui fait fondre les Japonais et qui débarque chez nous ?
Le kakigori c’est une glace pilée très légère sur laquelle on verse un sirop au thé vert, aux fruits ou au sésame. Mais quel est donc le secret de ce dessert qui ressemble à de la glace pilée avec du sirop de supermarché versé dessus ?

Kakigori the matcha

Image issue du site Japanese Cooking 101

Le kakigori, une glace bon marché très populaire au Japon

Le kakigori “かき氷” est une glace typique et appréciée dans tout le Japon. Plus particulièrement, cette neige au sirop est surtout populaire en été. Il faut savoir que là-bas en été, le climat est très chaud et humide (le plus souvent, il y a presque 80% d’humidité). Dans cette atmosphère pesante, le kakigori permet de se rafraîchir.

Dans ce dessert, la glace est râpée très finement, ce qui lui confère une légèreté et un effet rafraîchissant sans pareil. Elle est ensuite aromatisée à l’aide de sirops colorés et fruités (aux fruits, au thé matcha, au sésame), elle peut être surmontée de coulis d’azuki rouges et de lait concentré. L’ensemble est très léger, rafraîchissant et la manière dont la glace est réalisée change tout. En effet, on peut comparer cette texture à de la neige fraîchement tombée. Les flocons disparaissent instantanément en bouche, pour faire éclater le goût du sirop. Enfaite, on est très loin de nos glaces compactes. On peut presque les comparer aux granités, mais en beaucoup plus léger et aéré (la technique de préparation diffère).

Kakigori summer

Image provenant du site : Metropolis Japan

Les portions sont très généreuses et se mangent avec une cuillère ou à la paille. Aux premiers abords, cette montagne de glace peut faire peur mais une fois qu’on l’a dégusté on ne peux plus s’en passer !

Au final, c’est un dessert essentiellement composé d’eau, donc même ceux qui suivent un régime alimentaire pour perdre du poids peuvent en manger.

Origine

Le kakigori existerait depuis très longtemps au Japon. Enfaite il existe depuis l’ère Heian (794 à 1185) où il était un signe de richesse et réservé à la noblesse. A cette époque en hiver, on conservait un bloc de glace dans un trou creusé dans une montagne. Puis l’été venu, on sortait le bloc de terre pour le râper et on l’arrosait de sirop (à base de soja ou d’hortensia). A cette époque, le kakigori était appelé « kezurihi » (« 削り氷 »).
Certains racontent que ce serait l’écrivain Sei Shōnagon ou sa consœur Murasaki Shikibu, qui aurait créé ce dessert en versant du sirop sur la glace.

La version « moderne » du kakigōri (celle qu’on connait actuellement), a été inventée à Yokohama en 1869.
Aujourd’hui, le kakigori est un produit populaire très bon marché, qui plait à toute la famille.

Kakigori anime

Préparation et consommation

Le kakigori, roi de la street food en été

Kakigori glace japanese ice

Image du site Coto Academy

On peut trouver des kakigori dans de nombreux restaurants l’été au Japon. Y compris dans les pâtisseries de style japonais traditionnels (appelées « amami-dokoro »), dans les salons de thé et les Konbini (commerce de proximité). On en trouve également dans les festivals de rue d’été (appelés « Ennichi »), avec d’autres aliments tels que la barbe à papa et autres takoyaki. Ils sont vraiment un symbole de l’été.

Il est possible aussi de voir des stands de kakigori, les yatai (stand ambulant), un peu partout dans la rue. Ces stands sont reconnaissables grâce au kanji « 氷 » (« kouri /kori » signifiant « glace »), écrit en rouge sur fond blanc et présent sur les kakémonos et autres drapeaux. Ils indiquent que des kakigori y sont vendus.

Les kakigoris sont tellement populaires au Japon que des restaurants se sont spécialisés dans ce dessert et proposent des recettes inédites qui les rendent encore plus gourmands.

Ce dessert populaire est aussi très photogénique. Son hashtag compte même sur le réseau Instagram, plus de 100 000 publications. Du coup pour être dans la tendance, vous savez ce qu’il vous reste à faire !

Les machines à Kakigori

Japanese kakigori ice maker machine

Image du site Ebay

La glace du kakigori n’est pas simplement pilée ou mixée comme pour les granités. Le bloc de glace est rasé, afin d’obtenir les copeaux les plus fins possible. Pour cela, on utilise une machine spéciale, une sorte de trancheuse à glace manuelle ou électrique (bien plus pratique). Au Japon, commander une glace râpée à l’ancienne (manuellement) fait partie du folklore.

Traditionnellement, elle est ensuite aromatisée sur le dessus, à l’aide de sirops fruités et/ou de lait concentré.

Différents sirops destinés à la préparation de kakigori

Les saveurs de sirop les plus populaires sont, pour les plus classiques : fraise, cerise, citron, thé vert matcha, raisin, melon, prune ou umeshu. Pour ceux qui hésitent, certains restaurants proposent de mettre plusieurs parfums dans le même kakigori. Le lait concentré est une variante populaire du sirop, mais n’est pas obligatoire.
Avec le succès grandissant des kakigoris, on trouve maintenant de nombreux sirops exotiques tels que du sirop de mangue, de fruit de la passion, de thé noir ou encore de café.

L’un des kakigori les plus communs est le « mizore », signifiant « neige fondue ». Il est réalisé simplement avec de la glace pilée et un sirop incolore. En ajoutant des haricots azuki au mizore, celui-ci se transforme en « kori azuki » (ou « kori kintoki » selon la variété du haricot). Arrosé de lait condensé, il devient un « milk kintoki ». Aromatisé aux agrumes, on l’appelle « natsumikan ».
Un kakigori accompagné de crème glacée ou de fruits est appelé « frappé ».

Kakigori illustration

Personnaliser son kakigori, une version modernisée

Au Japon devant sa popularité, des restaurants spécialistes de ce dessert offrent des variantes de kakigori, qui les rendent encore plus gourmands. Voici quelques rajouts possibles :

  • Un sorbet ou une boule de glace.
  • De la pâte de haricots rouges azuki sucrée (appelée anko).
  • Des mochi.
  • Des fruits frais, ainsi que des noix.
  • Du miel, du chocolat, de la crème chantilly, des bonbons, des chamallows…
Fantaisie yelo kakigori roppongi

Image issue du site Tokyo Girls Update

Bref, chacun peut composer son kakigori selon sa créativité et ses envies du moment. Les possibilités sont illimitées !

Le kakigori maison

Machine kakigori manga

Image venant du site Fangirl.eu

Vous pouvez réaliser vous-même votre propre kakigori en achetant une machine spéciale manuelle ou électrique (plus pratique et facile) que vous pouvez vous procurer sur internet. Voici comment il faut procéder ensuite :

  1. Mettez des glaçons ou un bloc de glace dans la machine, sur le dessus. Puis, placez un bol pour réceptionner la glace.
  2. Tournez la manivelle (ou déclenchez électriquement la machine), pour faire fonctionner les lames de rasoirs qui vont râper très finement les glaçons.
  3. Rajoutez votre sirop et/ou votre garniture et dégustez !

Variantes :

Le shirokuma

Le shirokuma “白熊” (littéralement « ours blanc ») est une variante composée de glace pilée avec sur le dessus : des fruits, des mochi de différentes couleurs, des haricots rouges azuki et du lait concentré. Il existe de nombreuses variantes de shirokuma (chocolat, edamame, chips…).
Ce dessert est très populaire dans le sud du pays et est emblématique de la préfecture de Kagoshima. Vous pourrez le reconnaître grâce à sa mascotte : un ours blanc. La réputation de ce dessert dépasse même les frontières nippones, car un restaurant de shirokuma a ouvert ses portes à Jakarta, en Indonésie.

Kakigori shirokuma

Image issue du site Cuisine-japon.fr

L’Uji kintoki

L’Uji kintori est une glace pilée au sirop de thé vert, accompagné de haricots rouges azuki, d’une glace thé vert matcha et parfois de mochi. C’est un dessert populaire au Japon qui est souvent présent à la carte des restaurants. L’Uji kintori fait référence à la ville d’Uji à Kyoto, qui est la capitale du thé vert.

Kakigori Uji-kintoki

Image issue du site Cuisine-japon.fr

Si vous vous êtes procuré une machine à kakigori, vous pouvez réaliser l’uji kintoki chez vous grâce à la recette de cette vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=aXEax7MJSkE.

Le zenzai
Zenzai

Image issue du site Okinawa Index

Enfin à Okinawa, le zenzai est un dessert préparé à partir de haricots kintoki bouillis dans un bouillon de sucre roux. Ensuite, on le refroidi, garni de boulettes de farine de riz shiratama, ainsi que de kakigori.

En bref :

Servi un peu partout au Japon dans des salons de thé chic ou star de la street food, véritable passion des foodistas et des amateurs de mode kawaï, le dessert japonais complètement givré « kakigori » débarque à Paris. On le retrouve notamment au restaurant de l’hôtel Royal Monceau, où le chef Pierre Hermé l’a inscrit à la carte des desserts, ou dans les salons de thé/pâtisseries du chef Aoki Sadaharu, à Paris.
Impressionnant par sa finesse et sa légèreté, il est aussi léger en bouche qu’en calorie, rafraîchissant sans être trop sucré. Il est parfait pour l’été et en plus, il y en a pour tous les goûts !

Sources :

Enfin, les informations de cet article viennent des sites web suivants : Cuisine-japon.fr, Wikipedia, Snowizz.fr, Msn.com et Fangirl.eu.
Arzhela Pullip séparateur

Que pensez-vous de cette glace ? Aimeriez-vous y gouter ? La connaissez vous déjà ? Quel parfum vous donne envie ? Est-ce que dessert léger et aérien vous met l’eau à la bouche ?

N’hésitez pas à partager votre avis et cet article !

Food kakigori japanese ice

Disney + Pokémon : des cocktails originaux

Salut, salut !

L’article du jour sera à consommer avec modération !
Aujourd’hui, je voudrais vous présenter les superbes créations du talentueux Cody.
Cody est un barman passionné des dessins animés des studios Disney. Du coup, il a décidé de mélanger ses passions et de créer une trentaine de cocktails inspirés des personnages des films d’animation de Disney. Avec ça, vous ne serez plus obligés de vous limiter aux cocktails classiques !
ATTENTION : même s’ils ont l’air attirant, ils sont à consommer avec modération, car certains contiennent plus de 40° d’alcool !

Arzhela Pullip separateur étoiles bleues
Pour plus de lisibilité, la liste des ingrédients est réécrite en français en dessous de chaque cocktail.

Les cocktails des gentils :

Alice Cocktail Cody

Curious Confection : Crème de banane, Curaçao bleu, Malibu, Vodka à l’orange

Cocktail Cody Belle

Belle of the Ball : Crème de Banane, Vodka au chocolat, lait

Cinderella by Cody

Glass Slipper : Vodka à la myrtille, crème fouettée, Vodka, crème

Frozen by Cody

Coldfront : Liqueur au chocolat blanc, Schnaps à la menthe, Malibu, lait

Cocktail Disney Princess Anna by Cody

Warmfront : Whisky, Amaretto, thé à l’orange

Heracles by Cody

Golden God : Cidre Angry Orchard, Vodka à la pomme, Goldschlager
Weat Ankles : Berry Mio, Vodka à la mangue

Jasmine by Cody

Rebel Royal : Rhum blanc, Curaçao bleu, Midori, jus d’ananas

Mickey Mouse by Cody

Mouse Slide : Vodka Oreo, liqueur au chocolat blanc, crème glacée

Mulan by Cody

Porcelain Warrior : Saké à la cerise, sirop de litchi, Vodka à la mangue
Mushu : Absolut Peppar, Sriracha, poivre

Nightmare Jack by Cody

Bone Daddy : Apple Pucker, Schnaps au caramel, cidre, Hennessy

Pocahontas by Cody

One with Nature : Baileys, Frangelico, Amaretto, Schnaps à la cannelle

Tangled by Cody

Lily of the Sun : St Germain, Vodka à la poire, Champagne

Sleeping Beauty by Cody

Sleep Cycle : Kinky, Hypnotiq, Sprite

Snow White by Cody

Fair Maiden : Curaçao bleu, jus d’ananas
Grumpy : Vodka à l’orange, grenadine, crème
Evil to the Core : Jagermeister, Vodka à la pomme, Apple Pucker, jus de canneberge

Stitch by Cody

Ohana Colada : Rhum à la mangue, Malibu, Curaçao bleu

The Lion King by Cody

No Worries : Vodka à la pêche, Amaretto, jus d’orange, mangue

The Little Mermaid by Cody

Sirens Song : Curaçao bleu, Malibu, Rhum épicé

Cocktail Disney Peter Pan by Cody

Lost Boy : Midori, Schnapps à la pêche, Malibu

Tinker Bell by Cody

Fairy Dust : Vodka au miel, Triple sec, cidre

Cocktail Disney Princess and the Frog by Cody

Bayou Beauty : Rhum Blanc, liqueur de gingembre, concombre

Les cocktails des méchants :

101 dalmatians by Cody Cocktail

Seeing Spots : Vodka à la framboise, liqueur au chocolat, crème

Evil step Mother by Cody Cocktail

Evil Step Mother : Vodka au chocolat, jus de grenade, liqueur au chocolat

Cocktail Disney Mother Gothel by Cody

Mother Knows Best : Vodka à l’hibiscus, liqueur d’eau de rose, jus de canneberge pailleté

Gaston by Cody Cocktail

Burly and Brawny : Whisky, Amaretto, soda à la cerise noire

Gosht by Cody Cocktail

Snake Eyes : Citron Absolute, Midori, Mt. Dew

Jafar by Cody Cocktail

Royal Vizier : Rhum noir, jus d’ananas, grenadine

Mad Hatter by Cody Cocktail

Mad Tea : Thé vert, citron, menthe, Gin

Maleficent by Cody Cocktail

Maleficent : Vodka noire, Schnaps au raisin, Apple Pucker

Ratcliff by Cody Cocktail

Fools Gold : Merlot, Chambord, framboises, menthe

Red Queen by Cody Cocktails

Red Queen : Vodka au citron, Vodka à l’orange sanguine, jus d’orange sanguine
Curious Cat : Loopy Vodka, Berry Mio, Sprite

Shan Yu by Cody Cocktail

Warlord : Saké, liqueur au gingembre, Angry Orchard

Cocktail Disney Scar by Cody

False King : Kahlua, Vodka au caramel au beurre salé, Bailey’s à la vanille, café

Cocktail Disney Captain Hook by Cody

Crazed Captain : Rhum épicé, Bacardi 151, Midori

Ursula by Cody Cocktail

Sea Witch : Grape Pucker, Malibu, Squirt

Cocktail Disney Hades by Cody

Hades Hatred : Blueberry MiO, Hypnotiq, Vodka noire, Bacardi 151

Arzhela Pullip separateur étoiles bleues
Et parce qu’il n’y a pas que Disney qui a le droit à ses cocktails, voici quelques cocktails inspirés de l’univers de Pokémon (là encore, c’est à consommer avec modération).

Commençons par les « starters » :

Chaque cocktail évolue en fonction du Pokémon qu’il représente : Reptincel sera moins fort que Dracaufeu, mais plus fort que le Salamèche. La taille du verre change en fonction du Pokémon (petit pour Salamèche, Bulbizarre et Carapuce, moyen pour Reptincel, Herbizarre et Carabaffe, grand pour Dracaufeu, Florizarre et Tortank). Chaque cocktail est fait sur une base identique.

Salameche Reptincel Dracaufeu

Image et recette en provenance du site http://www.thedrunkenmoogle.com/

Particularité de ces cocktails : Vous pourrez les faire flamber avec un briquet avant de les boires. La flamme sera bleue comme sur l’image du cocktail Salamèche ci-dessus.
Attention : Eteignez bien la flamme avant de boire !

Salamèche : 1 projection de grenadine, 1 once de Whisky Fireball cannelle, 0,5 once de Bacardi 151.
Reptincel : 1 projection de grenadine, 1 projection de scotch, 1 once Fireball cannelle Whiskey, compléter avec du soda au gingembre
Dracaufeu : 2 once de Whisky Fireball cannelle, 2 projections de grenadine, 2 projections de scotch, 1,5 once de Bacardi 151, compléter avec du soda au gingembre

Bulbizarre Herbizarre Florizarre

Image et recette en provenance du site http://www.thedrunkenmoogle.com/

Bulbizarre : 1/2 shot de Vodka au citron vert, 1/4 shot de jus de citron, 1/4 shot de liqueur de melon
Herbizarre : 1 shot de Vodka au citron vert, 1 shot de jus de citron, 1 shot de liqueur de melon, 1 shot de Sprite
Florizarre : 1 Bulbizarre, 1 Herbizarre, 1 shot de Vodka au citron vert, 1 shot de jus de citron, 1 shot de Sprite

Carapuce Carabaffe Tortank

Image et recette en provenance du site http://www.thedrunkenmoogle.com/

Carapuce : 1/3 shot de rhum épicé, 1/3 shot de rhum coco, 1/3 de Curaçao bleu
Carabaffe : 1/2 shot de rhum épicé, 1/2 shot de rhum coco, 1/2 shot de Curaçao bleu, compléter avec du Mountain Dew Voltage
Tortank : 1 Carapuce, 1 Carabaffe, 1 shot de rhum léger, compléter avec du Mountain Dew Voltage

Terminons un peu plus en douceur avec les « Evolitions » :

Pokemon Eeveelutions
Evoli : Vodka au gâteau, Kahlua (liqueur de café), Bailey’s, barre glacée au chocolat, sirop de chocolat
Aquali : Rhum, Malibu, Curaçao bleu, jus d’ananas, Sprite
Voltali : Tequila, red bull, mix de Margarita, jus de citron, Sprite, sel autour du verre
Pyroli : Whisky (marque Fireball), Schnaps pêche, Iced Tea, limonade, sirop de fraise en tant que colorant
Mentali : Vodka à la fraise, Hpnotiq Harmonie, Chambord, jus de canneberge, Sprite
Noctali : Bourbon, Coca-cola, jus de citron, jus d’orange
Givrali : Rhum, Curaçao bleu, Schnaps à la menthe, limonade, eau gazeuse, sucre autour du verre
Phyllali : Tequila, Schnaps à la pêche, jus de citron, soda au gingembre (comme le Canada Dry Ginger Ale), menthe, miel et une touche de sirops de chocolat pour la décoration
Nymphali : Vodka au gâteau, Vodka à la fraise, Bailey’s, barre glacée à la fraise, crème, sirop de fraise
Arzhela Pullip séparateur

Le secret de fabrication de ces cocktails réside dans le bon dosage des ingrédients, ainsi, vous ne les trouverez pas ici. De plus, certains ingrédients n’existent pas en France, donc si vous voulez reproduire ces boissons, il vous faudra vous fournir sur le web.

Arzhela Pullip séparateur

Comment avez-vous trouvé cet article ? Vous a-t-il donné des idées ?
N’hésitez pas à le partager !

Pikachu drinking

[DECOUVERTE] Guide pour les restaurants japonais

Ohayo !

Sashimi, tataki, teriyaki… Qu’est-ce que c’est que ce charabia ? Lorsqu’on va dans un restaurant japonais pour la première fois, le repas prend vite la forme d’une aventure. Sauf qu’au final, on ne sait pas vraiment ce qu’on commande, ni ce qui va atterrir dans notre assiette. Du coup, pour éviter les mauvaises surprises, voici un petit guide des plats japonais les plus courants que l’on peut trouver dans les restaurants en France.

Asian food by bady qb

Sushi :

Anime sushi

Sushi, image du site http://animefanatika.co.za/

Les sushis sont des boulettes de riz vinaigré, sur lesquelles sont déposées des fines tranches de poisson cru. Il existe aussi des alternatives avec de l’omelette, de la crevette ou des œufs de poisson à la place des tranches de poisson cru.

Maki :

Maki japon

Maki, image du site : http://mannersandmischief.com/

Les makis sont une grande famille, dérivée des sushis. Le maki classique est un rouleau de riz vinaigré avec du poisson cru ou des légumes en son centre et le tout est enroulé dans un feuille d’algue. Cependant, il existe quelques variantes :

Yuki maki : maki sans feuille d’algue. Le nom « yuki » (signifiant « neige ») a été donné à cause de la blancheur du riz, qui évoque la neige.
Temaki : maki en forme de cône.
California roll : la feuille d’algue extérieur est remplacée par des graines de sésame. Dans certaines recettes, la feuille d’algue se situe à l’intérieur du riz, pour tenir la garniture.
Futomaki : maki géant avec plein de garniture différentes dans son centre

Brochettes :

Un grand classique à la carte des restaurants japonais, que l’on trouve beaucoup en France : ce sont les brochettes. Attention : ne vous attendez pas à de longues brochettes comme celle que l’on mange au barbecue l’été. Celles-ci sont plus petites (environ 15-20 cm).

Les gouts les plus courants sont :
– Poulet Teriyaki
– Boulettes de viande
– Bœuf-fromage

Autres plats classiques

Sashimi

Sashimi, image du site : http://mannersandmischief.com/

Les plats listés ci-dessous sont de plus en plus fréquents dans les restaurants japonais, mais ils restent moins célèbres (et moins courants) que ceux listés ci-dessus.

Sashimi = lamelle de poisson cru
Chirashi = bol de riz vinaigré recouvert de lamelles de poisson cru
Ramen = soupe de nouilles
Onigiri = boule de riz en forme de pyramide et pouvant être garnie
Tempura = légumes recouverts de pâte et frits
Tataki = mode de cuisson : cru à l’intérieur et cuit en extérieur. Cette cuisson est très utilisée sur du poisson, pour un effet cru-cuit en simultané.

Attention aux faux restaurants japonais !

Certains restaurateurs se contentent de surfer sur la vague du succès des restaurants japonais en se faisant passer comme tel. Comment les reconnaître ? C’est simple : ces « faux-japonais » se font appeler « restaurant japonais », mais proposent à leur carte des plats qui ne le sont pas.

Leur excuse officielle la plus courante est : « c’est pour plaire à plus de monde ». Enfaite, les excuses officieuses sont plutôt : « Chine, Japon : c’est pareil, c’est asiatique ! » ou « ces plats-là coûtent moins cher ».

Les plats que l’on retrouve le plus souvent à leur carte sont :
– Les nems
– Les samossas
– Les crevettes panées
– Les bouchées vapeur
– Les nouilles ou le riz sauté
– Le riz cantonais
– Les bouchées vapeur
– Les nougats chinois (dessert)
– Les perles coco (dessert)

Enfin, comme la liste des plats japonais que l’on peut facilement trouver dans les restaurants va évoluer, cette liste sera mise à jour régulièrement.

Restaurants Arzhela Pullip séparateur

N’hésitez pas à consulter ce guide comme bon vous semble. Y compris en douce sous la table sur votre téléphone, pour que vos amis ne se doutent de rien !

Sushi Party GIF